Oct 20, 2020

5 Erreurs à éviter lors de l'installation d'outils de gestion des actifs lo

Fort aujourd’hui de plus de 10 ans d'expérience SAM, je peux dire que la gestion des actifs logiciels est un domaine où même les gestionnaires SAM les plus expérimentés en apprennent tous les jours.

Mistakes to avoid when implementing Software Asset Management Tool | Aspera blog

Simple comme un outil SAM ?

Vous saviez qu'il existe des outils de gestion des actifs logiciels qui font tout pour vous ? Si vous optez pour un outil SAM, vous n’avez quasiment plus rien à faire. Vous l’achetez, le connectez à certaines de vos sources de données internes, vous faites le point sur les contrats et les droits et le tour est joué.

Faux !

Cet article détaille les 5 erreurs les plus fréquentes rencontrées par les acheteurs lorsqu'ils installent un outil de Software Asset Management.:

1. On installe un outil SAM, rien de plus.

Un outil de Software Asset Management traite ce que vous lui donnez, normalise les données (si possible) et fournit transparence et clarté à partir des données importées.

Si la base de données est insuffisante, comment le résultat peut-il être probant ? C'est pourquoi un outil SAM ne peut jamais être la solution miracle, à moins que vous n'y saisissiez des données parfaites. Ainsi, ne surestimez pas les avantages qu'un outil SAM peut apporter à votre organisation au-delà de l'automatisation, de la normalisation, de l'application des règles de licencing et, espérons-le, de l'optimisation. La précision des données est essentielle au succès d'un programme SAM.

8 incontournables pour la gestion des actifs logiciels

Vous voulez approfondir vos connaissances sur les meilleures pratiques du SAM ? Regardez le webinaire (anglais) "8 incontournables pour la gestion des actifs logiciels".

Regardez maintenant >>

2. Se concentrer uniquement sur les licences dont vous avez besoin.

Trop souvent, les conversations tournent autour du type de données matérielles à obtenir, autour des titres des logiciels installés et éventuellement des utilisateurs éligibles pour accéder aux applications via Citrix. Sans oublier le Cloud bien sûr. Mais cela ne suffit pas.

La gestion des licences logicielles consiste en un équilibre délicat entre l'utilisation du logiciel et les données relatives aux droits. Pourriez-vous envisager de ne considérer que ce que vous possédez en termes de licences ? Je ne crois pas. Alors pourquoi envisageriez-vous de ne regarder que ce dont vous avez besoin ? Vous avez besoin des deux pour prendre des décisions éclairées.

3. Sous-estimer le travail nécessaire pour construire une base solide pour votre inventaire de licences.

Connaissez-vous cette sensation lorsque vous montez un escalier et que l’endroit où vous allez est toujours un étage plus haut que ce que vous pensiez ? Eh bien, c'est la même chose avec la construction de votre historique de droits. Évidemment, aujourd’hui avec les licences d'abonnement ça fonctionne différemment, mais nous n’en sommes pas encore à un système entièrement basé sur l'abonnement.

Gardez à l'esprit que vous devrez peut-être prouver que vous avez acheté une licence Windows NT 3.5 en 1995 et que depuis plus de 20 ans vous en payez la maintenance. C'est pourquoi vous avez le droit d'utiliser un tout nouveau Windows Server 2019 aujourd'hui. Oui, il est de notoriété publique dans le secteur que lors d’un audit de conformité logiciels, les auditeurs ne vous feront pas descendre dans le sous-sol de votre immeuble de bureaux pour en sortir des boîtes poussiéreuses avec des certificats de licence collés dessus. Mais en théorie, ils pourraient. Il est donc important de tenir des registres précis de vos achats de licences.

4. Ne pas tenter l’impossible.

On dit : "faire d'une pierre deux coups" mais lorsqu’on parle de SAM il est préférable de rester modeste. Commencez donc par cibler un périmètre bien déterminé, et ne tombez surtout pas dans l’excès. La réussite du projet est votre objectif ; prouvez à vos parties prenantes que vous allez dans la bonne direction.

Examinez vos dépenses en logiciels et déterminez quels fournisseurs pèse le plus lourd dans votre budget, puis ciblez deux d'entre eux dans un premier temps. Ensuite, portez ce chiffre à cinq, puis à dix, etc. Ils ne sont pas tous pareils. Par exemple, la collecte des données pertinentes SAM pour Microsoft est différente de celle pour Oracle ou IBM. Une bonne stratégie consiste à choisir un fournisseur, et au fur et à mesure à rayer les autres de la liste. En résumé, faites un plan que vous suivrez étape par étape.

5. Changer vos objectifs en cours de projet.

Le principal obstacle à l’amélioration est de perdre patience et de s'écarter du plan initial. Vous pouvez ajuster les étapes à venir, mais restez fidèle à vos objectifs. Conservez une feuille de route - à moyen tout comme à long terme. Ce n'est que si vous mesurez régulièrement vos actions par rapport à une vision/stratégie que vous pouvez être sûr d'accomplir les bonnes choses.



Les sujets: SAM 101, Plus sur le SAM, SmartTrack