sep 07, 2016

Adobe « téléphone maison » : les dessous de Adobe Genuine Software Integrity Service

Le logiciel Adobe que vous utilisez n’est « pas authentique ».

Le besoin désespéré de « téléphone maison » a été immortalisé par le film de science-fiction des années 80 E.T. qui mettait en scène un adorable alien cherchant du secours après avoir échoué sur la Terre. Grâce au nouveau service d’intégrité des logiciels authentiques d’Adobe (Genuine Software Integrity Service), le concept « téléphone maison » est de retour. Mais on est loin de l’idée initiale car en l’occurrence Adobe fait la chasse aux produits non authentiques.

Le service d’intégrité des logiciels d’Adobe valide les logiciels Adobe déjà installés. S’il détecte la preuve de licences incorrectes ou non valides, ou la falsification de fichiers de programme, il « téléphone » automatiquement à l’entreprise pour l’alerter de l’utilisation frauduleuse détectée. Le service de validation recherche des numéros de série illégaux, et si le code du logiciel « présente un ou plusieurs piratages logiciels connus ». Les auteurs d’infractions reçoivent une notification indiquant que le logiciel qu’ils utilisent n’est « pas authentique ».

Adobe effectue un audit, mais ce n’est pas ce que vous pensez

Cette technologie est une nouvelle méthode automatisée qui permet à Adobe et à d’autres éditeurs de logiciels de traquer les copies contrefaites et autres utilisations sans licence de leurs logiciels. Dans son acception la plus simple, voilà ce qu’est un audit. Toutefois, contrairement aux audits classiques via lesquels des éditeurs recherchent les utilisations abusives dans les entreprises, le Adobe Software Integrity Service des logiciels se concentre en premier lieu sur la détection des logiciels contrefaits.

Ce service a démarré avec un nombre limité de clients américains d’Acrobat X. Il ne concerne que les entreprises dont les employés ont acheté des licences d’Acrobat X aux États-Unis. Toutefois, les entreprises peuvent également être concernées si elles achètent des licences Adobe auprès de revendeurs non qualifiés, ou des matériels sur lesquels des logiciels Adobe ont été préinstallés.

Actuellement, Adobe ne recueille pas d’informations concernant le mode d’utilisation des applications de bureau Adobe, si de telles applications ont été installées soient via Creative Cloud Packager, soit via des ID d’entreprise, soit par l’intermédiaire de programmes de licences en gros volumes d’Adobe. Il n’est pas clair que l’absence d’information ait un effet sur le service pour effectuer ces validations. À ce stade, on peut également se demander si le contrôle d’intégrité peut analyser les droits d’utilisation des produits plus complexes tels que l’utilisation secondaire ou les droits de mise à niveau inférieure.

Ce que peut réserver le Futur

Adobe distribue son service « téléphone maison » au travers de plusieurs canaux. Les mises à niveau des produits, Adobe Application Manager, et Creative Cloud Installer peuvent tous offrir le service d’intégrité des logiciels. De larges capacités de circulation pourraient être une indication selon laquelle Adobe envisage d’ajouter ce service à d’autres produits à une date ultérieure.

Tous les futurs plans potentiels d’Adobe visant à mettre en œuvre le service d’intégrité des logiciels pour les entreprises pourraient offrir au fournisseur un processus d’audit sensiblement moins coûteux. Ce service collecte automatiquement les données d’audit, sans envoyer physiquement un auditeur sur le site. Cela signifierait davantage d’audits pour les entreprises du fait que ce serait plus rapide, moins cher et plus simple pour Adobe.

Il sera intéressant d’observer si Adobe applique ce service aux licences sur cloud. Cela pourrait offrir aux entreprises une option d’achat flexible des licences autorisant l’utilisation des logiciels pendant des fractions du temps, des heures par exemple. Adobe pourrait offrir des taux horaires et avertir automatiquement les utilisateurs avant l’épuisement du temps qui leur a été alloué. Ceci offrirait aux entreprises un meilleur ratio coût-bénéfice des produits, et fournirait une source directe de chiffre d’affaires au service « téléphone maison ». Pour en revenir à E.T on n’appelle pas toujours pour être ramené à la maison ; « téléphoner maison » est aussi une bonne raison pour gagner de l’argent.



Les sujets: Adobe, Audits logiciels




Commentaires (0):

Il n'y a pas encore de commentaire.