sep 14, 2017

Dans la jungle des fournisseurs de cloud, comment choisir ?

Contrairement aux centres de données, les instances cloud (« Infrastructure en tant que service ») se déploient de manière très dynamique et s’adaptent aux besoins en termes de capacité de calcul. Nombreuses sont les entreprises qui souhaitent bénéficier de ces avantages et développent activement une stratégie de cloud.

Leurs principales priorités sont la conformité et la meilleure intégration possible des licences disponibles dans le cloud (« Bring Your Own License », BYOL).

Zoo of IaaS Cloud Providers

Se poser les bonnes questions

Le cloud public vous intéresse ? Alors, penchez-vous sur les questions clés et tentez d’y répondre en gardant à l’esprit la gestion des actifs logiciels (SAM) :

  • Quel fournisseur de cloud convient le mieux à quel type de logiciel ?
  • Pour quels logiciels est-il plus judicieux de louer les licences en même temps que l’infrastructure ? Pour quels logiciels devez-vous utiliser vos propres licences (BYOL) ?
  • Quelles conditions s’appliquent aux licences BYOL dans les environnements cloud respectifs ?
IaaS Cloud
Tableau de bord cloud d’Aspera pour Amazon AWS - toutes les informations en un coup d’œil

Première règle : ne pas négliger la conformité !

On dit souvent que la gestion des licences implique davantage un contrôle des coûts qu’un respect des règles de conformité. Même si ce n’est faux, cette vision est un peu réductrice. Aujourd’hui plus que jamais, la gestion des licences de logiciels doit prendre en compte ces deux aspects, car « Si le contrôle des coûts est important, le respect de la conformit, lui, est indispensable ! »

Votre équipe SAM fait face à un défi : fournir un aperçu consolidé de la conformité des centres de données et mettre en place des environnements de cloud. À cela s’ajoutent l’extraction des données du cloud devant l'être, ainsi que leur compilation avec les données de l’infrastructure locale. Par ailleurs, l’équipe doit également distinguer les logiciels loués (aucun risque en matière de conformité) des logiciels installés localement. À ces fins, des étiquettes d’identification pour logiciels ou des images de machines peuvent être utilisées.

Aspera SmartTrack vous donne un aperçu de tous vos actifs !

IaaS Cloud
Vue consolidée de la conformité sur l’ensemble de l’infrastructure, cloud public inclus !

Estimer les coûts réels

Bien que les offres de location d’Amazon AWS, Microsoft Azure, Oracle Cloud, Google Cloud, etc. se ressemblent fortement, les coûts de licences BYOL varient grandement selon les fournisseurs : de nombreux imposent des conditions d’utilisation de licences différentes pour chaque cloud public. Voici un exemple :

Oracle a fait le buzz en modifiant les conditions d’utilisation de ses licences sur le cloud d’Amazon : le fabricant a annoncé en début d’année qu’il ne faut plus utiliser les facteurs multiplicatifs d’Oracle pour l’environnement AWS d’Amazon lors de l’estimation des besoins de licence. Le cloud d’Amazon fonctionne avec des processeurs Intel Xeon, pour lesquels il faut généralement utiliser un facteur multiplicatif Oracle de 0,5. Le changement annoncé signifie donc un doublement des coûts de licence.

Par ailleurs, l’importante offre de services et les différents modèles de facturation rendent l’estimation des coûts difficile : est-il plus avantageux d’utiliser une instance cloud dans un modèle « à la demande » (l’on génère des coûts que lorsque la machine fonctionne), ou bien le modèle « réservé » constitue-t-il une alternative plus intéressante, car, bien que les coûts soient fixes, ils sont moins importants par unité de temps ?

Ne louer que ce dont on a besoin

Penchons-nous à présent sur le dimensionnement adapté des instances louées. Le point de vue des services de gestion des licences de logiciels et celui des services gérant les opérations informatiques peuvent diverger sur ce sujet, car les moteurs de calcul non utilisés doivent également être octroyés sous licence de type BYOL et peuvent générer des coûts importants.

Lorsque l’on décide d’optimiser les coûts en procédant à un changement de type d’instance (« redimensionnement »), il convient de prendre en considération l’ensemble des exigences et des coûts incombant aux différents services (commercial, opérations informatiques et gestion des licences). Cependant, le changement de capacité des instances cloud est souvent rapide et très simple. Depuis peu, Amazon permet également de proposer à nouveau des instances réservées sur Marketplace.. Voici leur conseil :

Seules les personnes qui suivent de près leur utilisation réelle des instances et des logiciels et qui, par conséquent, prennent les bonnes décisions, n’ont aucune surprise sur leurs factures

IaaS Cloud
Surveillance des capacités de calcul des instances cloud

Recommandations pour passer au cloud-Hosting

Expérimenter le cloud-Hosting, oui, mais sans oublier de tenir compte de trois recommandations :

  1. Soyez conscients des risques et penchez-vous dans un premier temps sur la conformité, et seulement après sur l’optimisation des coûts
  2. Optimisez vos ressources en location en tenant compte à la fois des opérations informatiques et de la gestion des licences de logiciels
  3. N’hésitez pas à faire appel à plusieurs fournisseurs de cloud pour l’IaaS, aventurez-vous dans la jungle et remettez en question votre outil SAM. Cela en vaut la peine !

Sign up for future blog posts

Liens supplémentaires :

 

  1. Amazon RDS for Oracle Database
  2. Easily bring your SQL Server licenses to Azure VMs
  3. Oracle effectively doubles license fees to run its stuff in AWS
  4. What Is Amazon EC2? 

 

 



Les sujets: Cloud, L'optimisation des licences




Commentaires (0):

Il n'y a pas encore de commentaire.