Jun 10, 2020

Le Cloud hybride pour les responsables IT

L'adoption du cloud progresse à la vitesse de l'éclair. Le marché mondial du cloud hybride devrait atteindre 138 milliards de dollars d'ici 2023. Les études montrent, que la gestion des coûts dans le Cloud dans le cadre d'une initiative globale de gestion des actifs logiciels dans le Cloud hybride doit constituer une priorité pour les responsables IT. Dans le rapport Gartner 2019, « Software Asset Management for the Cloud : La gestion et l'optimisation de la consommation occupent le devant de la scène », expliquent les analystes de Gartner : " Les initiatives numériques alimentent l'adoption des services cloud, faisant de leur comptage, gestion et optimisation un besoin inéluctable ".

An IT Leader's Guide to Managing Software in a Hybrid Cloud World | Aspera Blog

Donc, si vous travaillez dans l'informatique, il y a de fortes chances que vous parliez de cloud computing - et plus précisément de Cloud hybride. Cependant, la définition du cloud hybride peut varier. C'est un terme déroutant qui peut avoir différentes significations selon qu'il s'agit de centres de données ou d'installations de logiciels pour les utilisateurs.

Le Cloud hybride, qu’est-ce que c’est ?

Gartner définit le Cloud-computing hybride comme suit : "L'informatique dans le Cloud hybride fait référence à la fourniture, à l'utilisation et à la gestion de services coordonnés et basés sur des règles pour une combinaison de services cloud internes et externes. En l’occurrence, Gartner explique comment fonctionne le cloud hybride dans un environnement data center et le lien entre ce que vous avez sur site et ce que vous avez dans le cloud.

Un exemple d'utilisateur standard serait Office 365. Dans ce cas, lorsque vous achetez un abonnement à Office 365, il se peut que vous ayez des applications ou des services qui ne sont que des outils Web comme use Teams ou Yammer. Mais il existe aussi des abonnements comme E3 et E5 qui sont plus courants pour les entreprises. Ceux-là vous permettent d'accéder aux applications via une plate-forme Web et de les installer sur votre bureau. Il s'agit d'un scénario de Cloud hybride.

Pour plus de clarté définissons le cloud hybride comme un environnement de cloud computing qui utilise une combinaison de services sur site, de cloud privé et de cloud public tiers. Le principal défi relatif à la gestion des coûts du Cloud dans le Cloud hybride est de comprendre votre utilisation et votre conformité dans les deux environnements afin de ne payer que pour le logiciel dont vous avez besoin.

Cloud hybride: gestion des licences dans le cloud public, privé et sur site

Ce qu’il faut retenir, c’est que les règles de licence et les droits d'utilisation des produits diffèrent selon que vous parlez de cloud public, de cloud privé ou de licences sur site. Votre plus grand défi consiste à gérer vos coûts dans tous ces environnements. Pour identifier les économies réalisables grâce à l'optimisation des coûts dans le cloud, les responsables informatique ont besoin d'une vue complète des environnements IaaS, PaaS et SaaS.

Prenez cet exemple concret pour Azure SQL Server. Vous avez deux options de licence différentes : Pay-As-You-Go (PAYG) et Bring Your Own License (BYOL). Si vous choisissez la répartition, un abonnement d'un an couvrant 100% de l'utilisation reviendrait à 84 000 $ pour l'infrastructure et les logiciels. Mais en utilisant les licences que vous possédez déjà pour votre environnement sur site et en les appliquant au cloud, vous bénéficiez d'un avantage caché d'utilisation hybride BYOL qui permet de réaliser des économies d’un montant de 10 000 $, moins les coûts de votre assurance logicielle.

VISIONNEZ LE WEBINAIRE!

Comment gérer vos logiciels dans le cloud : SaaS, IaaS, PaaS.

En vous appuyant sur des exemples concrets d’éditeurs tels que Microsoft, Adobe, Salesforce et Oracle, vous apprendrez à résoudre des problèmes courants liés aux licences SaaS, IaaS et PaaS.

Regarder la vidéo >>

Le nouvel ordre mondial : l’existence de cloud hybride

La plupart d'entre nous évolue déjà dans un monde Cloud hybride – en ayant sous licence un mélange de services sur site et Cloud. Nous savons que le marché du Cloud est en expansion. Les études effectuées par Gartner montrent que « d'ici 2022, la migration vers le cloud computing des entreprises informatiques clés atteindra 28% ». Certains fournisseurs tardent toutefois à abandonner toutes les licences traditionnelles et la plupart des entreprises ne sont pas en mesure de fonctionner à 100% dans un environnement cloud.

N'oubliez pas que les éditeurs de logiciels font tout leur possible pour ne manquer aucune étape du passage au cloud. Avec la migration vers le cloud, nous avons déjà constaté un changement dans la manière dont les fournisseurs abordent les audits de licences logicielles. Étant donné que les frais de service dans le cloud (tels que le SaaS) risquent de diluer leurs revenus et de réduire leurs profits à court terme, on peut s’attendre à ce que les audits de licences logicielles augmentent au fur et à mesure que les fournisseurs tentent de placer des contrats cloud ou de générer un manque à gagner.

Avec une solide gestion de vos actifs logiciels dans le cloud, vous pouvez capitaliser sur la pression exercée par les fournisseurs pour vous convaincre de passer au Cloud. Si vous êtes prêt à négocier, le processus d’audit peut être potentiellement bénéfique pour les résultats de votre entreprise. Voici deux stratégies pour piloter la gestion des coûts du cloud dans le cloud hybride :

  1. Échange de licences traditionnelles non utilisées en faveur des services cloud. Les fournisseurs poussent désespérément les abonnements au cloud. Par conséquent, vous pouvez souvent migrer de manière proactive les licences « shelfware » inutilisées (logiciel sous licence que vous possédez déjà, mais dont vous n’avez pas vraiment l’utilisation ou le besoin) et les paiements de la maintenance vers de nouveaux services cloud lors des négociations d’audit. Les grands fournisseurs ont en fait mis en place différents programmes d’encouragement en offrant des réductions pour vous permettre de le faire. N'oubliez pas d'acheter uniquement les services cloud à prix réduit pour les licences qui ne vous sont pas indispensables. Nous avons constaté que les clients en mesure de se positionner auprès de leurs fournisseurs tiraient parti de ces programmes et profitaient de tarifs particulièrement intéressants.
  2. Achat de services cloud pour éviter les coûts de l'audit. Les fournisseurs peuvent vous inciter à acheter des services cloud pour éviter les coûts supplémentaires liés à un audit, alors que vous n’en avez pas réellement l’utilité. La vente de services Cloud reste une priorité absolue pour les fournisseurs, en dépit du fait que de nombreux abonnements Cloud sont mis en œuvre à un rythme plus lent, voire jamais. Par exemple, même si Office 365 fait état d'une croissance de ses revenus, il se peut que les entreprises qui ont acheté ces licences ne soient pas prêtes à les utiliser. Informez-vous sur les services d'abonnement dont vous avez besoin maintenant - et évitez de dépenser votre budget pour des licences cloud qui finiront en shelfware.
  3. Fusion de vos actifs par le biais de licences de services en ligne (tout en un). Une autre stratégie utilisée par des fournisseurs tels que Microsoft est la simplification ! Ici, les licences de services dans le Cloud couvrent l'utilisation du Cloud et l'utilisation on-premise . En fait, les produits Office 365 incluent des droits de double accès qui couvrent l'utilisateur pour accéder aux services en ligne ainsi qu'aux serveurs sur site. Par exemple, l'abonnement utilisateur Exchange Online donne à son utilisateur le droit d'accéder aux services Exchange Online ainsi qu'aux fonctionnalités d'Exchange Server, ce qui rend les CAL (Client access Licenses) d'Exchange Server inutiles. En outre, des suites O365 plus importantes telles que Microsoft 365 couvrent également ces installations d'Office Server. Cette option ne simplifie pas l'obtention de licences Microsoft, elle peut également vous permettre de ne plus payer de Software Assurance pour ces produits On-prem puisque ceux-ci sont déjà inclus dans les abonnements Cloud.

Conformité dans le Cloud : un déluge de risques

Un mythe répandu dans le secteur IT est que le risque de non-conformité diminue à mesure que l'adoption du cloud augmente. Cependant, les études Gartner montrent que, à mesure que le SaaS se généralise, les métriques de conformité passent d’un simple système basé sur le nombre (processeur, par cœur, par installation) à un système plus complexe basé sur la consommation (par heure processeur, par utilisateur autorisé, à un moment précis).

Voyons donc comment les changements en termes de métriques de conformité affectent vos risques. Les métriques liées à la consommation peuvent comporter des risques financiers supplémentaires importants liés aux coûts non planifiés, en particulier lorsque le nombre d'heures d’utilisation dépasse les prévisions. Une solution efficace consiste à implémenter des analyses basées sur la consommation dans votre architecture SAM afin d'éviter les coûts non planifiés et les interruptions d'activité. Outre le changement de métriques, le cloud affecte d’autres domaines et les expose à un risque accru de non-conformité. C’est en définissant des feuilles de route pour vous protéger contre ces hauts risques, vous pouvez renforcer la sécurité de votre Software Asset Management dans le Cloud :

  • Services non approuvés et non suivis : les services Cloud peuvent être achetés en dehors du service informatique.
  • Utilisation hybride : vos utilisateurs Cloud peuvent également utiliser des services sur site, en plus du Cloud.
  • Partage des codes d'identification : votre utilisateur de service est-il vraiment l'utilisateur autorisé ?
  • Localisation : existe-t-il une utilisation en dehors du territoire sous licence?
  • Entités juridiques : existe-t-il une utilisation en dehors des unités sous licence?
  • Multiplexage / Intégration système : Augmentation du potentiel «d’utilisation indirecte».
  • Accès tiers : risque de non-conformité supplémentaire.

Cloud discovery : avis de tempête

Tout le monde sait qu’au cœur de tout programme de gestion de licences réussi on trouve des sources de données précises et à jour pour votre inventaire de logiciels. Mais les services cloud peuvent mettre à l’épreuve les capacités de vos outils de découverte actuels. Au fur et à mesure que votre environnement SAM fluctue avec l'adoption et la mise en œuvre du cloud, les outils de découverte deviennent rapidement obsolètes. Dans un rapport paru en 2016, Gartner affirmait déjà que d'ici 2019, les outils de découverte existants seraient dépassés pour 90% des besoins SAM.

Prenons l’exemple d’un outil qui fonctionne dans votre environnement Windows physique ; ce ne sera pas le même que celui qui est utilisé dans des environnements mobiles ou Cloud. Vous pouvez limiter les risques non gérés en étoffant votre architecture SAM avec des sources de données supplémentaires et des outils de gestion des coûts dans le cloud reflétant les changements actuels des modèles de licence.

Un autre défi consiste simplement à pouvoir gérer le vaste déploiement de services cloud. Donnez la priorité aux services potentiellement non suivis. Une surveillance vigilante est cruciale car le cloud se développe à un rythme rapide et les actifs non gérés entraînent souvent une augmentation du nombre d’audits. De nombreux fournisseurs continuent de vous pousser vers le cloud et n’ont pas encore entamé la prochaine vague inévitable d’audit. Profitez-en pour mettre de l'ordre dans vos systèmes et surveillez l'évolution des modèles de licence.

Éclaircies à l’horizon : prenez votre temps

Sortez la tête du Cloud et gardez les pieds sur terre. C’est en possédant un programme de gestion des actifs logiciels parfaitement axé sur les défis du cloud que votre entreprise gardera une longueur d’avance. Il vous suffit d’anticiper stratégiquement la gestion des coûts du cloud, pour sortir gagnant de vos prochaines négociations de contrats.

Puls important encore, soyez stratégique ! Les éditeurs de logiciels cherchent actuellement par tous les moyens à générer des revenus dans le cloud. Profitez de cette situation. Prenez de la hauteur et assurez-vous que votre programme de gestion des actifs logiciels dans le cloud reste dynamique et évolutif.

Vous vous demandez combien vous pouvez économiser grâce à la gestion des coûts dans le Cloud ??

En savoir plus >>



Les sujets: Cloud, SaaS