Apr 14, 2020

Non-conformité dans le cloud ? Stop aux idées reçues.

Penser que les problèmes liés aux licences logicielles disparaissent après votre passage au cloud relève du myth. On raconte que le fournisseur de logiciels héberge toutes vos ressources, qu’il peut voir et surveiller toute votre activité, et qu’il a construit des barrières techniques pour vous empêcher, vous et vos utilisateurs, de franchir les limites de vos licences. Hum ? C’est vrai ça ?

Bien sûr que non ! Dans de nombreux cas, ces obstacles techniques n'existent pas, ce qui signifie qu'il est tout aussi facile d'exécuter vos licences dans le cloud que sur site. Mais même avec des obstacles techniques, dans le cloud, les risques de devoir faire face à des problèmes de non-conformité logicielle sont multiples

La conformité des licences logicielles, entre mythes, histoires et superstitions

Voici 4 idées reçues entourant la conformité des licences logicielles dans le cloud :

1. Les éditeurs de logiciels vous empêcheront de surconsommer

Le suivi automatique de mentions de sociétés et personnes sur les réseaux sociaux par Salesforce Marketing Cloud ne cesse pas une fois que vous avez atteint la limite autorisée. Cela continue, ce qui explique qu’un campagne marketing réussie contre toute attente, peut voir un coût triplé voire quadruplé par rapport à celui budgété.

Chaque mention suivie au-dessus de votre limite vous coûtera un supplément. Si vous avez un abonnement de base, par exemple, mais que votre campagne dépasse les 20 000 mentions mensuelles suivies, vous risquez de finir par payer 250 000 soit 3 fois le prix.

2. Vous pouvez utiliser votre abonnement cloud partout

Certaines licences logicielles limitent la consommation en fonction de la situation géographique. Les problèmes de sécurité et de confidentialité peuvent jouer un rôle car les normes locales et régionales peuvent varier considérablement.

Certains fournisseurs, comme Salesforce, proposent des licences à différents niveaux pour les marchés nouveaux et émergents, soumis à de nombreux obstacles infrastructurels. Ce faisant, Salesforce espère encourager le développement économique de ces marchés en soutenant les entrepreneurs locaux et se faire une place de choix.

Mais si vous attribuez l'une de ces licences à un collègue dans une région économiquement plus développée, vous risquez d’être confronté des frais et des pénalités sévères.

SAM Mythbusters : La conformité dans le cloud

Vous recherchez plus d’infos sur les risques de non-conformité dans le cloud ?

Téléchargez ce livre blanc >>

 
3. Les éditeurs de logiciels vous empêcheront d'utiliser des services auxquels vous n'avez pas droit

Les clients Microsoft Office 365 peuvent apporter des modifications administratives à leur environnement en activant et désactivant des services au niveau du domaine / locataire / groupe. Par exemple, un administrateur peut activer Azure Threat Protection au niveau du domaine. Une fois activé, il couvrira tous les utilisateurs du domaine, y compris les utilisateurs qui n'ont pas la bonne licence.

Bien entendu, les services non autorisés peuvent être désactivés par votre utilisateur, mais si vous ne disposez pas d'un moyen rapide et pratique de savoir qui n'est pas titulaire d'une licence, vous risquez de perdre un temps considérable dans les recherches manuelles ou de devoir régler des frais de non-conformité en cas d’ajustement.

4. Vous ne pouvez pas utiliser accidentellement des solutions expirées

Alors que votre abonnement n’est plus actif, certains éditeurs de logiciels continuent de vous donner accès à des services. Il s'agit là encore d'un problème d'obstacles techniques inexistants.

Par exemple, si vous avez 99 abonnements Office 365 expirés et un abonnement actif, vos 99 utilisateurs peuvent toujours accéder à leurs abonnements expirés. Sans cet abonnement actif, l'environnement Office 365 serait clos et personne ne serait en mesure d’utiliser son abonnement expiré. Mais une seule fissure suffit fissure à rendre l’environnement accessible.

Et au fur et à mesure que les utilisateurs y pénètrent, les frais non budgétés s'accumulent.

Réduisez les risques de non-conformité avec la gestion des actifs logiciels cloud

Que vous soyez sur site ou dans le cloud, la gestion des licences logicielles est tout aussi importante. Sans cette gestion, vous pouvez rencontrer des problèmes de conformité, devoir régler des coûts inattendus qui affecteront non seulement vos résultats, mais la capacité de votre organisation à atteindre ses objectifs commerciaux.

La seule façon de réduire les coûts du cloud et de rester en conformité est de gérer les actifs logiciels du cloud :

  1. Faites en sorte de bien connaitre vos conditions générales de vente.
  2. Surveillez l'utilisation, le stockage et les autres limites (individuelles).
  3. Gérez les utilisateurs de manière active et centralisée.
  4. Désactivez les comptes inutilisés / expirés.
  5. Établissez un programme de gestion des actifs logiciels.
  6. Ayez recours à un outil et automatisez.

Protégez la valeur commerciale de votre investissement dans le cloud en lançant dès aujourd'hui un programme de gestion des actifs logiciels. Commencez ici >>

SAM Mythbusters : La conformité dans le cloud

Ce livre blanc analyse 10 idées reçues sur la conformité logicielle dans le cloud.

Analyse et faits à télécharger >>



Les sujets: Audits logiciels, Cloud