sep 19, 2018

Comment protéger votre investissement logiciel dans le cloud

Selon un article récemment publié par Reuters, le ministère des Finances israélien ne renouvellera pas son contrat de logiciels de bureautique avec Microsoft. Il y a deux ans, Israël avait pourtant signé un accord avec le géant de l’informatique pour héberger certains de ses services nationaux sur la plateforme Azure.

3 Simple Steps to Cloud Software Asset Management

L’agence de presse évoque trois facteurs qui auraient motivé la décision du ministère des Finances israélien :

  • le prix ;
  • la propriété ;
  • la migration des données dans le cloud.

Pour l’instant, nous ne pouvons que faire des suppositions quant aux inquiétudes précises qui expliquent ce choix. Cependant, le ministère semble clairement craindre que Microsoft prenne le contrôle de ses actifs informatiques. Il est aussi possible qu’il craigne de s’engager dans un contrat de licences très coûteux avec Microsoft, sans avoir son mot à dire sur le développement et la mise sous licence des applications et sur le stockage des données.

La perte de contrôle dans le cloud

Reuters compare cette situation à l’achat et à la location d’une maison. Si cette comparaison n’est pas tout à fait précise (Microsoft reste propriétaire du logiciel, même dans le cadre d’une licence perpétuelle), elle aide à cerner le problème. Pour résumer, acquérir une licence perpétuelle pour un logiciel sur site revient à acheter une maison, tandis que les applications cloud s’apparentent à la location. Cela signifie que le propriétaire (Microsoft) peut vous imposer plus de contraintes concernant l’utilisation de votre maison (les applications cloud) et apporter des changements imprévus au bail (la licence).

Dans le cloud, vous êtes souvent confronté à des changements d’application, que vous les souhaitiez ou non. Si Microsoft décide de changer la technologie sur laquelle repose l’application cloud, votre organisation doit en subir les conséquences et vous ne pouvez rien y faire. Avec des licences perpétuelles, Israël peut au moins bénéficier d’un statu quo et n’a pas à se préoccuper des modifications de Microsoft.

La dépendance vis-à-vis d’un éditeur de logiciels

La dépendance vis-à-vis d’un fournisseur cloud est un autre problème, potentiellement plus important pour Israël. S’il est facile de migrer des données dans le cloud, une fois qu’elles y sont, il peut être extrêmement difficile de les récupérer. Les entreprises migrent leurs licences logicielles vers le cloud pour économiser de l’argent sur leur propre infrastructure.

Dans le cadre d’un changement d’éditeur, il peut être nécessaire de rapatrier les données stockées sur les serveurs du fournisseur actuel, avant de les déplacer sur les serveurs du nouveau. Cependant, une organisation ayant déjà réduit son infrastructure peut ne pas être en mesure de gérer ces données et avoir à trouver une solution intermédiaire, potentiellement coûteuse.

De la même façon, le stockage dans le cloud varie d’un éditeur à l’autre. Dans le cadre d’une migration, vos données peuvent devoir être manipulées avant d’être déplacées. Là encore, cela peut nécessiter une solution intermédiaire synonyme de coûts supplémentaires imprévus.

Les obstacles à la migration des données peuvent aboutir à des situations où une entreprise se retrouve dépendante d’un fournisseur spécifique, indépendamment de l’évolution à long terme du coût de sa solution.

S’il est pertinent à court terme pour Israël de continuer à utiliser ses licences perpétuelles sur site, à long terme le pays devra probablement trouver une solution cloud qui réponde à l’évolution de ses besoins. Tant que les fournisseurs cloud ne seront pas plus disposés à accéder aux demandes de migration et à adapter leurs développements aux besoins des clients, ces derniers doivent apprendre à se protéger dans le cloud.

Protégez votre investissement logiciel avec une stratégie de sortie du cloud

Pour vous protéger dans le cloud, vous pouvez adopter trois approches :

  1. Élaborez une stratégie de sortie. Avant de migrer dans le cloud, veillez à mettre en place une stratégie de sortie. Informez-vous pour connaître à l’avance l’infrastructure dont vous pourriez avoir besoin afin de changer de fournisseur cloud et pour identifier et préparer les changements à apporter aux données.
  2. Intégrez la sortie du cloud dans votre contrat. Lors des négociations, évoquez la possibilité d’avoir à changer de fournisseur. Assurez-vous que vos données seront facilement accessibles, stockées dans un format utilisable et sauvegardées régulièrement. Si possible, faites en sorte que votre contrat inclue un utilitaire d’extraction de données prenant en charge divers formats.
  3. Adoptez une solution de gestion des actifs logiciels. Avec un accès instantané et immédiat aux données d’utilisation et aux conditions contractuelles, vous pouvez savoir si votre fournisseur cloud répond à vos besoins. Lorsque les applications cloud changent, vous pouvez décider stratégiquement de rester et commencer à préparer votre migration dans le cloud à l’avance.

S’il est difficile de sortir du cloud, ce n’est pas une raison de ne pas s’y préparer. L’élaboration d’une stratégie de sortie doit faire partie de votre migration vers le cloud et la gestion des licences logicielles est l’un des moyens les plus sûrs de ne pas vous retrouver dépendant d’un fournisseur donné.



Les sujets: Cloud, Microsoft