Jul 16, 2020

Trois conseils pour gérer vos licences Oracle en toute sérénité

Gérer des licences Oracle est un processus aussi complexe qu’onéreux. Ces trois conseils éclairés vous aideront à réduire rapidement le coût de gestion de votre parc logiciel Oracle et à tirer ainsi pleinement parti de votre investissement.

Il n’est pas rare que les clients d’Oracle utilisent de nombreux logiciels de cet éditeur. Or, non seulement le processus de gestion des licences Oracle compte parmi les plus complexes dans le petit monde de la gestion des licences logicielles, mais son coût ne cesse d’augmenter. Bref, gérer des licences Oracle relève littéralement du parcours du combattant.

Ce blog propose trois conseils qui vous aideront à simplifier la gestion de votre parc logiciel Oracle et à réduire les dépenses associées. S’inspirant de l’avis d’experts en la matière, ils vous aideront à gagner du temps et économiser des ressources.

1) Ne vous fiez pas exclusivement aux feuilles de calcul et aux scripts LMS

Les services de gestion des licences (LMS — Licence Management Services) d’Oracle surveillent la façon dont vous utilisez vos licences. Ce service effectue des audits, vend des logiciels aux clients et utilise leurs outils de mesure — les « scripts » — pour vérifier leur conformité. Mais ces scripts sont loin d’être parfaits. Pour tout dire, ils assurent le strict minimum.

Les scripts LMS nécessitent la saisie manuelle d’une grande quantité de données, ce qui est synonyme d’erreurs plus nombreuses et d’une forte consommation des ressources SAM — surtout si vous gérez vos licences à l’aide de feuilles de calcul. En fait, ces scripts vous serviront tout juste à préserver la conformité de votre parc Oracle, mais guère à réduire vos dépenses.

Les processus de saisie manuelle et les tableurs sont tout simplement incapables d’offrir le niveau de précision que requiert un environnement aussi complexe qu’Oracle, de sorte que pour abaisser vos coûts de gestion, d’autres outils s’imposent.

L’optimisation de telles dépenses exige une vue panoramique de votre parc de licences Oracle — en deux mots, une solution capable de suivre et vérifier l’utilisation que vous faites de vos licences, de comparer cet usage aux contrats existants ainsi qu’aux autorisations qui en découlent, et d’utiliser des processus automatiques de découverte, d’analyse, de conformité et d’optimisation.

Leitfaden für Oracle-Kosteneinsparungen

Pour davantage de conseils d’experts permettant de réduire le coût de vos licences Oracle, consultez l’Oracle Savings Guide.

Téléchargez-le en cliquant ici !

2) Identifiez et rationalisez les éditions inutiles

Deuxième point, partez du principe que vous utilisez des licences « surdimensionnées », la difficulté étant ensuite de les identifier. En effet, il arrive fréquemment que les clients d’Oracle acquièrent une onéreuse base de données Enterprise Edition pour au bout du compte n’utiliser que certaines de ses multiples fonctionnalités.

Une édition Standard plus abordable — on parle de milliers de dollars par serveur — aurait clairement fait l’affaire. Votre objectif est par conséquent de localiser les éditions Enterprise sous-utilisées en vue de les convertir en une version Standard plus avantageuse.

Mais quelles sont les éditions Enterprise concernées ? Pour le savoir, il est nécessaire d’aller plus loin que ce qu’autorisent les outils LMS d’Oracle, jusqu’au détail des activations et de l’usage. Pour ce faire, vous allez devoir rassembler, consolider et visualiser toutes les informations contenues dans la base de données. Certes, ces opérations peuvent être accomplies de façon manuelle, mais cette tâche est à la fois fastidieuse, sujette à de nombreuses erreurs et, convenez-en, hautement rébarbative.

L’utilisation d’un outil de gestion des licences logicielles est bien plus efficace. Un tel outil peut en effet suivre la façon dont sont utilisées les licences et ainsi identifier les éditions sous-utilisées que vous pourrez « rétrograder » afin d’abaisser les coûts. Les outils ordinaires de suivi des licences, les scripts LMS et les feuilles de calcul sont incapables de fournir un tel niveau de gestion de vos licences Oracle.

3) Exclure les faux positifs aus

Dans certains cas, vous interpréterez un problème donné différemment d’Oracle. En d’autres termes, Oracle peut déclarer votre entreprise « non conforme » à tort. Cette situation de « faux positif » n’est en rien exceptionnelle.

Il arrive qu’une base de données soit couverte par une autre licence non comptabilisée. Dans d’autres cas, des produits comme Advanced Compression ou Tuning Pack peuvent être déclarés « utilisés » alors qu’ils ne le sont pas. Suite à l’application d’un correctif, certaines Standard Editions apparaissent sous la forme d’Entreprise Editions. De tels cas doivent être exclus de votre état de conformité et faire l’objet d’une nouvelle vérification.

C’est précisément ce que les outils LMS ne font pas. Ils ne peuvent exclure un problème, ce qui vous expose à des risques de non-conformité, car Oracle considérera le résultat des scripts LMS comme étant la vérité et exigera le paiement d’une redevance qui anéantira toutes les optimisations apportées à vos licences. Sauf si vous êtes en mesure de contester ces résultats…

L’utilisation d’un outil professionnel de gestion des licences Oracle permet de comparer l’interprétation des données brutes effectuée par Oracle à une position de conformité plus complète dans le but de repérer les faux positifs. Cette solution sait faire la différence entre des activations de produits qu’Oracle comptabilise comme des « utilisations », et des activations qui correspondent à des utilisations légitimes. Ces cas sont alors exclus de l’analyse dans le but de déterminer avec précision la conformité des licences.

Gestion des licences Oracle : la sérénité, maintenant !”

Il n’est pas facile de maintenir une totale conformité vis-à-vis d’Oracle et, dans ce contexte, réaliser des économies représente un défi insurmontable. Mais que ce soit dans la vie quotidienne, dans le monde les affaires ou dans l’univers des licences Oracle, les choses les plus gratifiantes se méritent. Pour optimiser vos licences et réduire vos coûts, il est nécessaire de fouiller dans les moindres recoins de votre environnement Oracle.

Pour commencer, lancez une analyse globale de votre parc logiciel Oracle. Ensuite, vous pourrez procéder à une analyse plus pointue qui révélera les économies potentielles. Reste alors à en tirer pleinement parti.

En conclusion, permettez-moi ce petit conseil pratique : n’hésitez pas à faire appel à un éditeur de solutions de gestion de licences Oracle qui vous fournira une « validation de principe » (PoC — Proof of Concept). Pour atteindre la sérénité dans le monde des licences Oracle, il est indispensable de payer le juste prix. À mesure que vous découvrirez les possibilités qu’offre une validation de principe, vous comprendrez que vous êtes sur la bonne voie.

Notre Oracle Savings Guide contient d’autres conseils qui vous aideront à optimiser la gestion des licences pour réduire sans attendre les dépenses consacrées à votre parc logiciel Oracle.

Téléchargez le livre électronique !



Les sujets: